Des étudiants de l’ENCG Tanger inventent le prix psychologique pour limiter les dégâts de la flexibilité du dirham

Entrée en vigueur ce lundi 15 janvier 2018, la flexibilité du régime de change constitue une première étape vers le passage à un système flottant. Cette décision prise par la BAM (Bank Al Maghrib),  a déclenché un débat enflammé entre les différentes parties prenantes concernées.

Selon  le camp des opposants, la flexibilisation du dirham conduira à une baisse de sa valeur sur le marché de change puis amènera à l’inflation et à l’endettement. À cet effet, deux étudiants de l’ENCG Tanger (Abderrahim M. et Yassine R.) ont eu le courage de trouver une alternative, qui soulagera les citoyens marocains.

Selon Abderrahim M., cette décision n’est pas sage :

«Si le Maroc perd la capacité de contrôler l’inflation et la stabilité du taux de change, cela conduira logiquement à une hausse des intérêts imposés à  la multiplication de la facture des importations, et l’épuisement  des réserves de change, mais aussi à une hausse alarmante des prix», a-t-il déclaré le jeune étudiant.

Avant de poursuivre :

« Yassine et moi sommes restés plantés pendant 8 heures devant l’affichage à attendre les résultats et  là on a eu cette idée. Puisque les prix augmenteront et la classe la plus démunie aura bien évidemment des problèmes, on va établir ce qu’on appelle en marketing le prix psychologique. Ce dernier, également appelé le prix d’acceptabilité, est le prix qui a la chance d’être accepté par le plus grand nombre de consommateurs. Son application est très simple, pour chaque produit/service, un prix psychologique y sera accompagné. Vous partez par exemple au supermarché, vous voudriez acheter des bananes pour votre copine, et là vous aurez devant vous  (1 KG- Banane : Prix = 25DH, Prix psychologique : 8DH)».

Soyez le premier à ajouter un commentaire sur "Des étudiants de l’ENCG Tanger inventent le prix psychologique pour limiter les dégâts de la flexibilité du dirham"

Laisser un commentaire