Botola: Pour pallier la crise financière, le Raja de Casablanca vend 30% de ses supporteurs au FUS de Rabat

La faillite dans laquelle sombre le Raja de Casablanca est considérée comme la troisième plus importante crise financière de l’histoire moderne, après celles de 1929 et de 2008. Le nom de Said Housbane, le président du RCA, s’ajoute ainsi à celui de Lehman Brothers et des spéculateurs de Wall Street.

Les responsables de l’équipe casablancaise avaient pourtant la chance de voir tous leurs problèmes résolus. Le roi Salmane de l’Arabie saoudite voulait sauver le club, mais l’arrivée de son fils Mohammed Ben Salmane au pouvoir a tout changé. Le Raja ne fait pas partie du plan de modernisation du prince héritier «Vision 2030».

Heureusement, les dettes et les grèves des joueurs n’ont pas influé sur les résultats positifs de l’équipe au niveau de la Botola. Les victoires successives ont fait que le public du Raja se réconcilie avec les tribunes, confirmant ainsi sa position comme le 9ème meilleur public au monde. Ce retour massif des supporteurs aurait sauvé l’équipe de sa crise si tout le monde avait acheté un billet, mais hélas, ce n’était pas le cas. Selon la Banque mondiale, seule la moitié des téléspectateurs marocains achètent les billets, l’autre moitié accède au stade avec des différentes tactiques similaires à celles de guérilla.

Devant cette situation de blocage, les responsables rajaouis décident d’exploiter leur potentiel humain, non pas en vendant des joueurs, mais plutôt des supporteurs. Plusieurs équipes ont proposé de racheter une part du public de Raja, dont la RSB (Renaissance sportive de Berkane) et le FUS (Fath Union Sport de Rabat). Selon nos sources confidentielles, le bureau de Housbane aurait déjà vendu 30 % des supporteurs (dont la plupart sont des ex-green boys) au FUS, équipe sans public quoique présidée par Mounir Majidi.

About the Author

Boubker Dylan
La guerre ne sert plus à rien, lorsque toutes les femmes sont mortes.

Soyez le premier à ajouter un commentaire sur "Botola: Pour pallier la crise financière, le Raja de Casablanca vend 30% de ses supporteurs au FUS de Rabat"

Laisser un commentaire