Après avoir libéré Tamazgha, les militants amazighistes se mobilisent pour l’indépendance de Kurdistan

Le 25 septembre serait une journée historique pour les kurdes, qui vont voter lors d’un référendum pour l’indépendance du Kurdistan irakien, une région autonome depuis des décennies, où la langue kurde est une langue officielle depuis 1970.

Les organisations et les associations kurdes sont soutenues par plusieurs organismes internationaux, dont le plus connu est le mouvement amazigh en Afrique du Nord, et plus exactement celui du Maroc. Ainsi, les militants amazighistes marocains s’apprêtent à lancer une grande compagne de soutien aux indépendantistes kurdes, en parallèle avec des manifestations gigantesques pour dénoncer l’attitude des régimes irakien, iranien et turc envers la cause kurde.

Il est à noter que le mouvement amazigh marocain a réussi sa révolution qu’il a déclenchée en 2011. Depuis, tamazight est devenue une langue officielle dans toutes les administrations et les établissements publics et privés du royaume. De même, on n’entend plus les expressions racistes telles que «Maghreb arabe», «Printemps arabe», «Cheval arabe», etc. Les prénoms amazighs sont également tolérés et ont droit de cité dans les registres de l’État civil, et le mouvement n’a plus aucun détenu politique dans les prisons, ni au Maroc ni ailleurs. En plus, le gouvernement marocain est maintenant envahi en totalité par des militants amazighistes tels que Aziz Akhannouch et Saâdeddine El Othmani. En bref, Tamazgha occidentale est libérée.

Massinissa, un militant amazigh de 33 ans, nous déclare en pleurant de joie :«Azul, je suis très touché aujourd’hui. Je suis totalement pour l’indépendance de Kurdistan, et j’appelle les kurdes à voter Oui, s’ils veulent devenir des hommes libres comme nous le sommes. Ayuz».

Il est également à signaler que des discussions ont été déjà entamées au sein du mouvement amazigh pour désigner un représentant dans le nouvel État kurde. La majorité des opinions sont en faveur de l’activiste radicale Malika Mezzane, l’ex-maîtresse de Abdullah Öcalan, le chef emprisonné du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan).

About the Author

Dahmad Boutfounast
Je suis un journaliste sérieux et indépendant.

Soyez le premier à ajouter un commentaire sur "Après avoir libéré Tamazgha, les militants amazighistes se mobilisent pour l’indépendance de Kurdistan"

Laisser un commentaire