Après «Va enlever la bouteille de l’anus de ta mère» de Richard Azzouz, Niba enrichit l’univers des insultes au Maroc

«Insulter est tout un art» affirme souvent l’activiste amazigh Azzouz pour mettre en valeur sa contribution dans ce domaine qui exige un savoir et un talent particuliers.

Au Maroc les insultes ne font pas défaut. On en entend souvent partout; dans la rue, le souk, et parfois dans la mosquée. Insulter est devenu un exercice quotidien auquel les marocains s’adonnent régulièrement avec passion.

Niba, cette nouvelle personnalité publique qui a fait irruption dans la scène médiatique marocaine se reconnait comme disciple de Richard Azzouz et de Mnanauk (Le théoricien algérien de nikologie). Le nom Niba est une abréviation de «n’est pas la» qui indique toute la philosophie de Niba en matière des insultes. Parmi ses insultes les plus répandues on peut citer celle-ci : «Inâal bbat bbat mmok» (Puisse Dieu maudire le père du père de ta mère).

Richard Azzouz a exprimé sur son compte Facebook son admiration pour Niba qui «est un enragé, talentueux en matière des insultes. Il aura un avenir lumineux, tout comme moi» Affirme-t-il. Par ailleurs, Azzouz dévoile sa volonté pour collaborer avec Niba afin de rédiger un «Dictionnaire des insultes reçues» à l’instar du «Dictionnaire des idées reçues» de Flaubert. «Les marocains auront de quoi être fiers finalement» ajouta-t-il sur son compte Facebook.

Merci Azzouz ! Merci Niba !

Soyez le premier à ajouter un commentaire sur "Après «Va enlever la bouteille de l’anus de ta mère» de Richard Azzouz, Niba enrichit l’univers des insultes au Maroc"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*