Rentrée littéraire : Parution du manuel très attendu « Trouve-toi un bon mari et jette l’ancien ! » qui recense les différents modèles d’hommes disponibles sur le marché

La rentrée littéraire 2017 a été marquée par la sortie, très attendue du dernier livre de la féministe engagée Mêêêïssa May.
Cet ouvrage, « Trouve-toi un bon mari et jette l’ancien ! » paru aux éditions M’CherchePas , fait suite au précédent best-seller intitulé « Comment aider ton mari à devenir un homme », déjà vendu à 35 395 370 exemplaires.

Rencontrée lors d’une séance de dédicaces à la librairie Préface de Casablanca, l’auteure, la Psychologue clinicienne Mêêâïssa May nous a expliqué son processus créatif et son ambition : « En voyant l’accroissement des demandes de thérapies de la part de femmes malheureuses en ménage, j’ai eu envie d’écrire un guide qui aiderait à mieux choisir son deuxième mari… une sorte de catalogue des hommes pour les femmes qui veulent en changer. (…) Je pense que cela manquait au Maroc : un recensement des modèles d’hommes disponibles sur le marché de l’amour.»

Extrait : « (…)
Le « Bien-pensant » :
Il s’agit là d’un individu addict aux réseaux sociaux, puceau, se cultivant scientifiquement au travers des forums de Doctissimo et qui se sent fort de changer le monde.
Bouffi de bonnes intentions, il ne comprend malheureusement pas ce qu’il lit et fait des contresens qui réduisent à néant l’évolution qui s’amorçait dans sa tête.
Avantages et inconvénients : le « Bien-pensant » est tellement bien intentionné et veut tellement bien faire qu’il sera capable d’apprendre et les mises à jour seront donc faciles à installer.
Le principal inconvénient est qu’il ne connait la vie que théoriquement, ce qui fait de lui un piètre amant qu’il faudra donc former.

« L’intello-le-vrai-mais- .ma-quand-même » :
Brillant esprit, il a étudié à la mission française puis à l’étranger et est végétarien (sauf le vendredi, parce qu’il y a couscous). On le retrouve très souvent dans des domaines tels que la médecine, la loi ou encore l’architecture.
Il est vif d’esprit, et adepte de l’auto-stimulation aussi bien intellectuelle que sexuelle.
C’est un inconditionnel de Woody Allen, par conformisme, parce qu’on lui a dit que c’était un signe d’appartenance à l’élite « Bobo-Intello ».
Tous les matins, durant sa séance de yoga sur la plage, il médite en prenant pour mantra la célèbre citation de son idole : « La masturbation, c’est la manière faire l’amour avec quelqu’un que j’aime… La masturbation, c’est la manière faire l’amour avec quelqu’un que j’aime… La masturbation, c’est la manière faire l’amour avec quelqu’un que j’aime… »
Avantages et inconvénients : Il présente bien avec son corps ferme et musclé et est propre sur lui ; ce qui en fait un accessoire de mode parfait à marier avec des Louboutins.
Le principal inconvénient est l’entretien du modèle qui s’avère plutôt contraignant. En effet, imbu de lui-même, « L’intello-le-vrai-mais- .ma-quand-même » estime que sa compagne doit le stimuler constamment, faute de quoi, tel un chien souffrant de déficit attentionnel, il ira lécher (les gambettes de) la voisine.

L’« enseignant » :
Véritable concentré de connaissances encyclopédiques, il passe de longues heures au café du coin à lire Kierkegaard ou Schopenhauer sur son smartphone.
Il sera capable de débattre de tous les sujets en étayant, qui plus est, de citations réelles (non inventées).

Il fait l’amour avec les mots et sans les mains, pour ménager son dos, trop souvent sucrément sollicité.
Avantages et inconvénients : très enrichissant intellectuellement, il permettra à la femme issue de l’enseignement supérieur marocain de compenser sa formation. Cependant, l’ « enseignant » étant totalement opaque et capable de ne parler qu’au travers de citations, ne livre jamais ses ressentis ou avis personnels. Sa compagne risque donc d’avoir le sentiment de vivre avec un étranger un peu lunaire, voire martien.

Le « Bio » ou « Allô ! Maman, bobo » :
Bienveillant, il s’agit d’un spécimen très pratiquant donc réservé et un peu naïf. Il est très attaché à sa mère qu’il vénère et appelle tous les jours.
Le « Bio » a besoin d’être perçu comme « le gentil » en toutes circonstances et, de ce fait, ne dira jamais « non » à rien.
Avantages et inconvénients : très doux, il sera capable de tendresse plus de 3 heures d’affilée et, sa propension à dire « oui » à tout en fera un compagnon docile qui n’élèvera jamais la voix.
Cependant, sa gentillesse, ses croyances et sa timidité le contraignent à ne pratiquer que du sexe vanille. Il est donc à réserver aux femmes sages, lisses, introverties et obsessionnelles du drap immaculé sans le moindre pli.

Le « .ma » (point M. A. ):
Il s’agit d’une version hard et faux-cul du « Bio ».
Le « .ma » est en perpétuel conflit entre le « ce qu’on attend de moi » et le « je suis libre de faire ce que je veux ». A l’image de cette friandise contribuant à la prolifération du diabète qu’est le Bounty, mais en version inversée : il donne à voir une pureté et une bonté éclatantes alors qu’il est torturé et sombre en dedans.
Avantages et inconvénients : du fait de la quantité de spécimens présents dans la nature, il sera facile à capturer ou à remplacer en cas de dysfonctionnement.
Cependant, il faut garder à l’esprit que, coincé entre tradition et modernité, la naissance de son premier enfant fera traumatisme. En effet, la métamorphose de sa copine sexualisée en sainte génitrice de ses enfants, fera conflit du fait de la sacralité que revêt pour lui le statut de mère.
En conséquence, il développera soit une incapacité à maintenir une érection, soit des éjaculations précoces. Il est important de savoir que dans 75% des cas, le « .ma » vivra son dysfonctionnement sexuel comme une atteinte à sa virilité qu’il voudra masquer en adoptant un comportement machiste pouvant aller jusqu’à la maltraitance de sa femme.

Le « queutard » :
Appelé aussi « Lapin Duracell », le « queutard » pénètre tout ce qui bouge. Ce maniaque des bocaux sans couvercles, bouteilles sans bouchons et orifices décousus ne prend pas en compte le désir de l’autre (ni même son consentement) ce qui en fait un amant peu doué ou un violeur en puissance.
Le « queutard » répond très souvent aux prénoms de Saad ou Amine, se pense plus intelligent que les autres et est capable d’une lâcheté sans borne.
Ce léporidé sera un parfait compagnon pour une femme masochiste ou adepte de l’auto-mutilation. Cependant, le « queutard » étant probablement un homosexuel refoulé et /ou phobique du latex, la jeune mariée devra investir, dès la nuit de noces, dans de la vaseline et faire des bilans MST régulièrement.

(Note au lecteur : Les « queutards » et les « .ma » ne présentant pas grand intérêt, il serait de bon goût de les laisser s’éteindre. Pour ce faire, il suffirait que ces modèles ne soient plus convoités, et donc que, pour survivre, ils n’aient d’autre choix que d’évoluer vers un recyclage.)

Le « parfait praliné » :
A l’image du dessert Mac Do du même nom, c’est un mélange de douceur et de croquant, sucré à souhait et qu’il est bon d’avoir en bouche ou à portée de bouche.
Il a l’esprit libre et, grand voyageur, il est bronzé toute l’année et apprécie la mixité et la différence.
Capable de discuter et s’amuser de tout, le « parfait praliné » est tolérant en toutes circonstances.
Il est également très ouvert d’esprit : quand il rencontre une femme, il la prend avec ses bagages car il sait que ce sont les expériences qui font la richesse d’une personne.
Il préfèrera une femme moderne, libérée et qui s’assume car cela apaisera sa phobie des hymens.
Avantages et inconvénients : libre d’esprit et anti-conformiste, il assume ses choix même s’ils s’avèrent être politiquement incorrects. Il tient l’honnêteté en haute estime et à bras le corps, ce qui ne l’empêche de trinquer souvent avec.
Dans un vivier d’élevage, il est assez difficile à distinguer car c’est le modèle le plus contrefait ; notamment par le « .ma » qui, souvent, se fait passer pour du champagne alors qu’il n’est que du leben.
Son seul défaut, pouvant constituer un vice de forme, est son positionnement face au monde. Se sachant incompris (et ne désirant pas vraiment l’être) il est plutôt casanier. Ses habitudes de vieux garçon l’ont rendu auto-suffisant et il fuit quelque peu (beaucoup) la perspective d’être lié à quelqu’un.
Il arrive que lorsque l’on trouve enfin le « parfait praliné », il soit déjà hameçonné, péché et adopté. De ce fait, la femme qui le veut devra d’abord éliminer sa détentrice actuelle.

Le (…)»

Akhnapress a eu l’honneur d’être le premier organisme de presse à apprendre que l’auteure était pressentie pour un prix Nobel de littérature et un prix Nobel de la paix.
Nous pouvons dire que, tout comme Katniss et son geai moqueur, Mêêêîssa May est devenu le symbole de la révolution.
Elle est le nouveau visage, auto-proclamé, du féminisme modéré.

L’État s’est réjoui à l’idée de voir des couples (enfin) bien assortis et ainsi pouvoir diminuer les non-interventions lors des violences conjugales.
En conséquence de quoi , le ministère de la femme, de la famille et des autres préoccupations secondaires a commandé deux dizaines d’exemplaires du chef-d’œuvre littéraire, qu’il destine aux pucelles. Un exemplaire sera offert à chaque jeune épouse qui pourra le retirer dans n’importe quelle moukataa, sur présentation de son l’acte de mariage et d’un certificat de virginité.

A l’issue de la journée de dédicaces, Akhnapress est allé à la rencontre des lecteurs comblés.

Nous avons croisé Hanae C., escaladeuse rurale de 29ans, qui a partégé avec nous l’impact de l’ouvrage sur sa vie : « Je suis toujours tombée amoureuse comme on tombe d’une falaise… Vous imaginez ma tristesse de penser avoir trouvé l’amour de ma vie et de devoir le rendre au service après-vente… Heureusement que le ministère m’avait offert ce livre salutaire qui m’a fait me rendre compte que j’étais coincée avec un « .ma » ! »

Pour Khadija B., 32 ans, caissière à Lavel’Vie, cette lecture a été un électrochoc qui a ramené l’espoir dans sa petite vie terne : « Ce livre m’a libérée et j’ai revu mes exigences à la hausse ! A présent, je veux quelqu’un qui m’aime comme Stephane Plaza aime les doubles vasques ! »
NDLR : Stephane Plaza a fait son coming-out en Mai dernier.

« Trouve-toi un bon mari et jette l’ancien !» a été une lueur d’espoir, la lumière au bout du tunnel pour Aïcha B., géologue spongieuse de 52 ans : « Ce livre m’a littéralement sauvé la vie ! A chaque déception je m’endurcissais et, sans cette bible, j’aurai pu devenir un caillou ! »

Nous sommes également allés à la rencontre de Mounia L., une carnivore repentie et réhabilitée de 43 ans, qui nous a raconté, non sans émotion, comment ce livre avait sa vie : « J’ai pleuré durant des années, pendant mon mariage, à tel point que je me suis demandé si j’avais épousé un homme ou un oignon… Après avoir lu ce livre, j’ai compris que je n’étais pas végétarienne et j’ai changé d’orientation sexuelle. »

Notre journaliste dépêché sur place a été surpris de voir que ce futur bestseller, probablement étudié prochainement dans toutes les universités du royaume, a fait des émules également auprès des hommes.
En effet, Hatim H., un casque bleu cynique de 32ans, basé à Dab Ghallef, nous a fait part de son expérience : « Ce livre m’a permis de me rendre compte de combien j’avais fait souffrir les femmes de ma vie et j’ai entrepris de devenir un homme meilleur. J’ai pris des cours du soir en sociabilité, féminisme et communication et, en toute humilité, je pense pouvoir me taguer d’être un .com (et plus un .ma) d’ici 2 ans. »

Immensément généreuse, altruiste, modeste et humble, Mêêêïssa May s’est engagée à reverser l’ensemble des bénéfices de la vente de son livre à l’association « Femmes libres et pas castratrices » qui œuvre pour la réhabilitation et la rééducation des mâles marocains.

About the Author

Meeeissa
Mêêêïssa habite au Maroc et est psy…chologue. Après avoir longtemps hésité entre «psychotique» et «psychologue», elle a fini par choisir la version «métier», parce que ça payait mieux. Sociable à ses heures, paranoïaque le plus souvent, elle essaie, tant bien que mal, de trouver ses marques dans l'auto-proclamé "plus beau pays du monde".

Soyez le premier à ajouter un commentaire sur "Rentrée littéraire : Parution du manuel très attendu « Trouve-toi un bon mari et jette l’ancien ! » qui recense les différents modèles d’hommes disponibles sur le marché"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*