Ryad rompt ses relations avec Doha pour dénoncer la concurrence déloyale des qataris en matière de terrorisme international

Ryad, Abou Dhabi, Le Caire et  Manama rompent leurs relations avec le Qatar pour dénoncer les politiques internationales menées par Doha qui mettent en danger les intérêts vitaux de l’Arabie Saoudite.

En vérité, l’Égypte, les Émirats arabes unis et le Bahreïn n’y sont pour rien, c’est le géant saoudien qui tire les ficelles en vue de mener une guerre d’épuisement contre le Qatar, le pays qui fait concurrence à Ryad sur plusieurs marchés.

L’histoire a commencé, il y a un an, lorsque le Qatar a usé de son influence auprès de la FIFA  pour retirer l’organisation du Hajj à l’Arabie Saoudite suite aux incidents survenus à La Mecque (La chute de la grue et la bousculade de Mina) qui ont fait plus de 2500 morts et des milliers de blessés. Doha est accusé de porter atteinte au gagne-pain des saoudiens.

Les choses ne se sont pas arrêtées là, l’été dernier, BeIN Sports, une autre machine de guerre au service du Qatar, a acquis les droits TV des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018 dans les zones africaine et asiatique et l’exclusivité des Jeux Olympiques jusqu’à 2024, le groupe s’est emparé également des droits TV de l’appel à la prière (adhan) pour la région MENA (le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord), une première dans l’histoire des droits télévisuels, privant ainsi les saoudiens des matchs de leur sélection nationale.

Les manœuvres qataries contre Ryad se poursuivent, la dernière en date concerne le financement du terrorisme international, et c’est la boîte de pandore ! Le terrorisme intercontinental est un marché sur lequel l’Arabie Saoudite refuse qu’on lui fasse concurrence, elle y opère depuis de longues années et en détient le monopole. Elle est le berceau du Wahhabisme, la terre qui accueille et soutient « logistiquement » et idéologiquement les terroristes des quatre coins du monde.

L’Arabie Saoudite peut pardonner tout au Qatar, le Hajj, la Coupe du Monde de football, les droits sportifs, le pétrole mais on ne badine pas avec le terrorisme, et c’est peut être là que le bât blesse.

Soyez le premier à ajouter un commentaire sur "Ryad rompt ses relations avec Doha pour dénoncer la concurrence déloyale des qataris en matière de terrorisme international"

Laisser un commentaire